autore

Stroppa Marco


Note biografiche

Compositore, ricercatore e didatta, ha studiato presso i Conservatori di Verona, Milano e Venezia conseguendo, fra il 1980 e il 1983, i diplomi di pianoforte con Laura Palmieri, musica corale, direzione di coro, composizione con Guido Begal, Renato Dionisi e Azio Corghi, e musica elettronica con Alvise Vidolin. Come ricercatore e compositore collabora dal 1980 al 1984 con il Centro di Sonologia Computazionale (CSC) dell’Università di Padova, dove realizza la prima composizione mista, Traiettoria, per pianoforte e suoni generati dall’elaboratore elettronico, lavoro che ottenne subito un notevole successo e che continua ad essere regolarmente eseguito. Nel 1982 Pierre Boulez lo invita a unirsi al gruppo di compositori e ricercatori dell’IRCAM (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique), il più grande centro al mondo di musica informatica. Dal 1984 al 1986, grazie a una borsa di studio della fondazione Fulbright, si perfeziona presso il Media Laboratory del Massachussetts Institute of Technology di Cambridge, negli Stati Uniti (musica all'elaboratore elettronico, informatica, psicologia cognitiva, intelligenza artificiale). Presso l’IRCAM dirige il dipartimento di Ricerca Musicale fra il 1987 e il 1990, ma abbandona questa carica per dedicarsi interamente alla composizione, la ricerca e l’insegnamento. I contatti ininterrotti con l’IRCAM sono stati determinanti per la sua crescita musicale e il suo approccio della musica elettronica.
Appartiene alla prima generazione di compositori italiani che hanno utilizzato l’elaboratore elettronico già da studenti, considerandolo un mezzo perfettamente idoneo e naturale per la composizione, al pari degli strumenti della tradizione musicale.
Vincitore di numerosi premi (Ascap Prize 1985, Cervo Prize for New Music 1900, Menzione speciale al Prix Italia 1992, Kompositionspreis der Salzburger Osterfestspiele 1996) ha pubblicato numerosi saggi su diverse riviste internazionali.
Il suo repertorio è ispirato da molteplici fonti: la lettura di testi poetici e mitologici, una riflessione socio-politica ed ecologica impegnata, nella tradizione della resistenza italiana di Luigi Dallapiccola e Luigi Nono, lo studio dell'etnomusicologia e il contatto personale con gli interpreti per i quali scrive, fra i quali Pierre-Laurent Aimard, Teodoro Anzellotti, Mario Caroli, Cécile Daroux, Claude Délangle, Florian Hölscher, Thierry Miroglio, Jean-Guyen Queyras, Benny Sluchin.
Il suo repertorio include composizioni per strumenti tradizionali e per i nuovi media, per il concerto e il teatro musicale e balletti, opere radiofoniche e progetti per occasioni particolari, come la musica per pianoforte ed elettronica per Race di Pascal Rambert. Fra i progetti tematici più importanti, si ricordano un ciclo di concerti per strumento solista e orchestra o ensemble spazializzati, ispirati da poesie di W.B.Yeats (Upon a Blade of Grass, per pianoforte e orchestra, From Needle's Eye, per trombone, doppio quintetto e percussioni), due libri di Miniature Estrose per pianoforte solo, un ciclo di composizioni per strumento e “elettronica da camera”, termine di sua invenzione, ispirate da poesie di E.E.Cummings (Auras, Little I, I will not kiss your f.ing flag, … of Silence), e una serie di lavori di musica da camera spazializzata per vari strumenti acustici. Natura di Foglia per voce ed elettronica, commissione dell’IRCAM, è il suo primo lavoro vocale, cui fanno seguito Cantilena, per 3 cori a 16 voci, Lamento, per coro a 6 voci e Perché non riusciamo a vederla? Cris, appels et clameurs per coro a cappella e viola obbligata ad libitum.
Come didatta, veste nella quale viene particolarmente apprezzato, ha tenuto lezioni in tutto il mondo. Nel 1987 ha fondato e diretto per 13 anni il corso di composizione e il laboratorio di musica informatica all'International Bartók Festival di Szombathély (Ungheria), uno dei più importanti corsi estivi europei, dedicato alla musica di Béla Bartók e del XX secolo. Questa esperienza gli ha permesso di incontrare grandi musicisti ungheresi, come Péter Eötvös, Zoltán Kocsis, György Kurtág, György Ligeti, Miklos Perényi, Lászlo Somfai, e di scoprire la splendida opera d'innumerevoli poeti. élet...fogytiglan, dialogo immaginario fra un poeta e un filosofo e Hommage à Gy. K. testimoniano dell’intensità e del valore di questi incontri.
Nel 1999 vince la cattedra di professore di composizione e di musica informatica presso la Hochschule für Musik und Darstellende Kunst di Stoccarda (Germania), succedendo a Helmut Lachenmann. Ha anche insegnato presso il Conservatoire National Supérieur di Parigi e di Lyon. Dal suo arrivo a Parigi partecipa inoltre regolarmente alle attività didattiche dell’IRCAM.


Altre note

•Tratto caratteristico iI suo interesse per il suono, lo spazio, la percezione e la psicologia cognitiva che lo ha portato a ripensare il posizionamento degli strumenti sul palcoscenico a dei fini espressivi, in modo da generare una drammaturgia spaziale che si rivela ed emerge con lo scorrere della musica e lo porta ad esplorare delle forme musicali particolari, che, non esistendo oggettivamente, possono rivelarsi soltanto all'interno dell'esperienza di ogni ascoltatore.
• Giordano Ferrari su http://brahms.ircam.fr/
«La pensée scientifique a joué un rôle déterminant dans la formation de l’art musical de Marco Stroppa. Son parcours de compositeur est en effet lié dès ses débuts au travail auprès d’institutions telles que le Centro di ‘Sonologia Computazionale’ de l’Université de Padoue, le ‘Massachusetts Institute of Technology’ aux Etats-Unis ou encore l’Ircam de Paris avec lequel il a instauré un rapport privilégié. Il s’agit donc d’un point dont il est nécessaire de clarifier d’emblée toutes les implications si l’on veut comprendre les enjeux esthétiques et théoriques de la musique de Marco Stroppa.
La question se pose dès la première œuvre du compositeur qui aura marqué de son empreinte la musique contemporaine : ‘Traiettoria’ pour piano et sons générés par ordinateur (1982-1988). L’écriture des sons de synthèse s’y développe à partir des harmonies et des gestes instrumentaux de la partie acoustique. L’outil informatique est donc considéré comme un moyen d’amplification de l’idée musicale, voire de l’extension de l’écriture instrumentale. Il s’agit d’une attitude qui traverse la globalité de sa production : l’ordinateur n’est jamais premier dans la conception esthétique de l’œuvre, mais se met au service du musicien pour lui permettre « d’explorer le phénomène musical tout entier avec une rigueur et une lucidité sans précédent » 1. L’exploration du rapport entre l’instrument et l’outil informatique devient, dans une série d’œuvres pour instrument soliste et « électronique de chambre », un véritable axe de travail qui se décline selon les qualités sonores et gestuelles de chaque instrument. On pense au véritable voyage à l’intérieur du son de la flûte dans ses registres extrêmes (surtout le registre grave), ou la multiplication et l’amplification de certains de ses effets (battements de clefs etc.) dans ‘little i ‘ (1996) ; mais aussi à l’investigation autour du son du trombone, notamment son champ d’harmoniques très riches, devenant un « corps subtil » possédant une aura inattendue, dans ‘I will not kiss your f.ing flag’ (2005).
La dynamique de l’exploration du son s’élargit rapidement à la question de sa spatialisation. Le premier travail significatif de Stroppa sur cette voie se trouve dans ‘Spirali’ pour quatuor à cordes (1987-1988). Il est intéressant de souligner que l’idée de spatialisation est interprétée comme la projection de l’écriture pour quatuor dans un espace fixe autour du public : les mouvements sont déjà dans les gestes instrumentaux et la circulation des matériaux entre les instruments. Le sous-titre donné, « quatuor projeté dans l’espace », l’indique précisément. La spatialisation sert alors à mettre en valeur le travail d’écriture, très subtil et raffiné ; elle est utilisée comme une « loupe » pour l’oreille, permettant d’entrer dans l’intimité de la matière sonore et de découvrir des parcours qui demeureraient sinon imperceptibles. Ainsi, dans la première version de ‘élet…fogytiglan’ pour ensemble de onze instruments « éclaté dans l’espace » (1989), Stroppa cherche à appréhender une nouvelle dimension de la sonorisation, vue comme une possibilité de composer la perception des sons instrumentaux dans l’espace. A l’aide d’un système qui demande l’emploi de nombreux microphones et haut-parleurs, il vise à valoriser les particularités sonores de chaque instrument dans l’espace en fonction des hauteurs jouées « et à l’agrandir pour créer toute une série d’images spatiales qui varient tout au long de la pièce » (note de programme du concert de la seconde version, 1998) ; un travail lié, de nouveau, à la valorisation du son instrumental que Stroppa considère comme un terrain plein de potentialités restant à découvrir. La recherche musicale de Stroppa se concentre alors autour de l’écriture, qu’il ne faut pas entendre comme l’affirmation d’un système régi par des lois harmoniques et/ou contrapuntiques, mais comme un processus de spéculation à partir d’un matériau saisi acoustiquement et pensé comme matière à faire rayonner. On comprend alors sa prédilection pour les matériaux sonores préparés en studio, avec toute l’analyse et l’expertise que demande une véritable « écriture » du son par rapport à un travail en temps réel. De même, la tendance à rédiger plusieurs versions d’une œuvre révèle un mode de création qui appelle le temps de la réflexion.
Voir la matière sonore d’une manière différente, la donner à entendre sous des facettes nouvelles, voilà les raisons qui conduisent Stroppa à recourir abondamment aux concepts de la science et surtout aux possibilités de l’informatique : ils sont les vecteurs d’une véritable conceptualisation du son. Il affirme lui-même dans le programme de concert pour la création française de la pièce pour orchestre ‘Hiranyaloka’ (Maison de Radio France, 17 octobre 1994) :
«L’informatique change le rapport au matériau et permet de remettre à sa place l’acoustique. Je pense d’ailleurs que l’on a donné trop d’importance à cette dernière, notamment au spectre comme étant la signature ou la composante principale du son. En fait, le spectre n’est qu’un aspect du son : d’autres composantes ont la même importance, notamment tout ce qui concerne l’évolution d’amplitude ainsi que les paramètres de durée – sans parler de la relation de plusieurs paramètres entre eux. L’informatique nous apprend à gérer toutes ces données, ce qui nous apprend à voir, à appréhender le phénomène sonore de façon différente.»
Il s’agit là d’un point fondamental qui établit non seulement une différence marquante par rapport à la «musique spectrale», mais aussi la profondeur du lien entre production instrumentale et électroacoustique. En cette approche originale du matériau sonore réside sa principale dette à l’égard de la pensée scientifique et de l’outil technologique. Ce type de vision de l’écriture instrumentale n’est pas seulement réservée aux pièces à l’effectif riche, comme le concerto pour piano et orchestre ‘Upon a Blade of Grass’ (1995-1996) ou ‘From Needle’s Eye’ pour trombone, double quintette et percussions (1996-1999), mais aussi à la musique de chambre et aux pièces pour instrument solo, comme les ‘Miniature estrose’ pour piano (Premier livre, 1991-1997). Très significatif nous semble de ce point de vue le trio pour clarinette, alto et piano ‘Hommage à Gy. K.’ (1997-2003), où les trois instruments sont pensés comme un seul instrument idéal au timbre riche et spatialisé. Au cours des sept fragments, les trois instruments se superposent en créant des timbres originaux, riches et inattendus. Le matériel est toujours très simple et évolue à l’intérieur de chaque fragment en laissant entrevoir toute sa richesse et sa profondeur. L’écriture s’appuie également sur un investissement de l’espace. Les instrumentistes bougent, se cachent derrière le piano, jouent dedans, s’éloignent et se rapprochent. Chaque déplacement est lié à l’écriture : il en amplifie alors un concept structurant, comme dans le troisième mouvement où l’alto est placé devant le piano et la clarinette derrière, cette dernière agissant « dans l’ombre » des gestes de l’alto et le piano servant de lien entre les deux. D’autres fois, ce déplacement vient souligner une simple correspondance entre vision et écriture, comme dans le mouvement final où, à la raréfaction sonore qui achève l’œuvre, répond l’éloignement de l’alto et de la clarinette de l’espace du piano. Ou encore, en un apparent contresens visuel, comme dans le deuxième mouvement où la clarinette se cache derrière le piano alors qu’elle surgit d’un point de vue musical avec des fortissimo en « lutte » avec les accords du piano. En conclusion Stroppa arrive à créer à l’intérieur de ces miniatures des situations de dramaturgie internes au son lui-même.
Cette dernière constatation nous amène vers un autre point fondamental de la musique de Marco Stroppa : celle-ci s’inscrit toujours dans une dynamique de mouvement, voir de tension, a fortiori lorsqu’elle se construit avec un matériau musical très simple. Ce n’est pas par hasard si dans un article de réflexion théorique sur sa propre musique datant de 1989, le compositeur parle d’ « Organisme d’Information Musicale » pour définir le matériel de départ de ses compositions2, au moins celles de cette époque : l’idée d’organisme implique celle d’un mouvement, celles de transformation continuelle et de mémoire. Il arrive aussi que cette conception vienne en tension avec la résonance d’un poème, d’une idée abstraite ou d’une association d’idée contrastante. Il suffit de penser au titre ‘Hiranyaloka’, nom indien d’une planète située dans une autre dimension que la nôtre, choisi par le compositeur « pour essayer de guider l’auditeur vers cet ailleurs » (note de programme de la création) ; ou bien de feuilleter le premier livre des ‘Miniature estrose’ pour piano avec ses références multiples : un motif de Beethoven qui est à la base d’une des miniatures (‘Innige Cavatina’) ; un moment central de la tragédie grecque (Prologos : Anagnorisis) ; un moment de perception sensoriel (‘Ninnananna’), une forme musicale (‘Passacaglia Canonica’) ou encore, une culture lointaine avec ses rituels magiques (‘Tangata Manu’. Un contexte ou un corps étranger avec lesquels la matière musicale vient en confrontation, jamais en imitation. Il ne s’agit jamais de signifier autre chose ou d’expliciter quelque chose à l’auditeur, mais plutôt de laisser une image inattendue surprendre l’imagination du compositeur.
On peut analyser le rapport de Stroppa à la dimension dramatique dans cette même optique. En effet, après avoir produit une série de panneaux musicaux avec des sons de synthèse pour une lecture radiophonique commentée du Decamerone de Giovanni Boccaccio pour la RAI, Stroppa se lance avec l’écrivain Adolfo Moriconi dans l’élaboration de l’opéra radiophonique ‘Proemio’ (1990). Dans cette œuvre il reprend les sons de synthèse employés pour le Decamerone et, d’ailleurs, l’argument met en scène deux personnages, Giovanni et Boccaccio (le poète dédoublé) qui racontent et font le commentaire du destin de six personnages féminins (trois réels et trois littéraires). Ici, Stroppa utilise uniquement des voix de comédiens, récitées, excluant le chanté. L’univers musical et l’univers de la récitation restent bien séparés : le seul trait d’union tient à la dimension dramatique qui met en relief l’expressivité propre à chacun des deux univers. En d’autres termes, l’univers « abstrait » des sons de synthèse s’articule musicalement en réagissant à la dimension dramatique selon une dynamique très proche de celle que l’on vient de voir dans les pièces instrumentales par rapport à une « image » poétique. Deux ans plus tard, Stroppa compose son deuxième opéra radiophonique, toujours en collaboration avec Moriconi : ‘in cielo, in terra, in mare’ (1992). Ici, la trame est celle d’une société future imaginaire exerçant un contrôle omniprésent sur les personnes qui ne laisse guère de place pour le protagoniste de l’histoire: ‘nous. Ce nous’ change d’aspect physique, de sexe et d’âge, mais surtout il est doté de pouvoirs actantiels remarquables (tel que monter au ciel, descendre au plus profond de la terre ou plonger dans les abysses de l’océan). ‘Nous’ est alors jugé et condamné par ‘eux’ (les autres) pour avoir trouvé au ciel ce qui appartient à la terre, sous terre ce qui appartient au ciel, etc. L’histoire est racontée d’une manière non linéaire. Le texte est utilisé par bribes, sous forme de fragments de citations en différentes langues, de «mots-clef» qui sortent de la matière sonore pour saisir les traces de l’histoire : on a évidemment quitté la séparation très nette des univers expressifs de ‘Proemio’. Stroppa utilise ici outre les sons de synthèse, des sons concrets élaborés, des voix de comédiens et surtout un chœur qui chante et interprète le rôle de nous. Dans cet opéra radiophonique, on écoute l’évolution de nous – seule dimension chantée – dans cet univers musical parfois très complexe, fait de bruits, de sons de synthèse et de voix qui crient, pleurent, autour du protagoniste. Le fait que le compositeur ait senti le besoin d’écrire « un guide d’écoute » – fruit d’une écoute personnelle et ‘a posteriori’ de l’œuvre – nous semble significatif : « l’image » avec laquelle se confronter – devenue ici matière dramatique – s’est développée à l’intérieur de la musique, comme une trame subtile et sous-jacente, non pas comme une « prescription » formelle pour la pièce. Le contexte radiophonique, où tout est à imaginer (personnages, décors, etc.), a bien entendu favorisé ce processus, mais il faut noter que le rapport avec la scène théâtrale se développe selon les mêmes principes. Ainsi dans la pièce destinée à la scène ‘...1995...2995...3695...’ (1995), la situation se déroule dans un futur lointain (l’an 3695), où on découvre les fragments de l’opéra radiophonique in cielo… En racontant un fait « historique », il éclaire ce présent projeté dans l’avenir : confrontations entre deux scènes, deux dimensions expressives (l’une acoustique et l’autre théâtrale, deux musiques, deux temporalités (celle du futur et celle du futur antérieur). De même la musique conçue pour ‘Race, pièce pour mémoire, parole et piano’ (1997), écrite et mise en scène par Pascal Rambert, voit les ‘Miniature estrose’ «amplifiés», envahir l’espace de la parole, de la scène, sans entrer dans un rapport de subordination (où la musique serait l’expression des contenus du texte), mais de libre association d’idées autour des gestes dramatiques ou de suggestion d’une temporalité à plusieurs niveaux (texte, espace scénique, musique).
‘in cielo, in terra, in mare’ est aussi le point départ de la rencontre du compositeur avec la voix, par la médiation de l’écriture pour chœur qui, pour Stroppa, renvoie à une vocalité préromantique (le madrigal surtout), mais aussi extra-européenne. S’ensuit une série d’œuvres pour ensemble vocal dont la première est ‘Come Natura di Foglia’(1997) pour quatuor vocal et dispositif électronique. Ici, Stroppa s’inspire des traditions vocales indiennes et africaines, principalement du chant diphonique, et utilise l’informatique « avec le désir de faire de chaque son un événement magique » 3. Au-delà d’une nouvelle version de cette œuvre en 2002 pour huit voix, cette «exploration» de la voix a été poursuivie aussi sans l’aide de électronique, comme le montre par exemple le ‘Lamento’ (2003-2004) pour chœur mixte, sur le texte de la Table d’Emeraude attribué à Hermès Trismégiste ; ou encore ‘Cantilena’ (2001-3) pour chœur mixte à seize voix, sur le poème homonyme d’Amelia Rosselli. Si ces références ramènent l’inspiration de Stroppa dans la sphère de la culture occidentale, la recherche sur la voix, sa projection dans l’espace de la salle sont toujours une proposition de voyage sur des chemins non encore parcourus de l’histoire du son.»


Diventa sponsor

Opere

... of Silence Sx El - 2007

Hiranyaloka O.+ A T - 1993/94

The Great Unknown Q Coro & O. - 2007/09


 
Diventa sponsor
 

Riparatore di zona

Nella tua zona non abbiamo trovato un ripratatore. Per segnalare un riparatore premi qui

Rilevamento: 18.205.109.152 - dal tuo indirizzo internet - Utilizza posizione esatta

Saxit - Associazione Culturale

Via G. Marconi 51/c - 73020 Cavallino
Cell: +39 328 32 97 563
Email: info@ilsaxofonoitaliano.it

Informativa Privacy - Cookie Policy